.:: Harp and Co ::. Press



 

From ResMusica Le 30 mai 2015 par 

ANTHONY GIRARD, COMPOSITEUR SUBTIL ET RAFFINÉ
Leopold Wallner: 1847–1913

 
Harp & Co

 (né en 1959) : Voyage au Gré des Illusions, double concerto pour violon, harpe et orchestre à cordes ; La Colombe et le Lys, pour harpe et quatuor à cordes ; Entre le Souffle et le Murmure, pour flûte, alto et harpe ; Plus haut que les Oiseaux, pour flûte et harpe. Marcos Fregnani-Martins, flûte ; , harpe ; Alexei Moshkov, Antoine Maisonhaute, Pieter Jansen, violon ; , Maxime Desert, alto ; Jeanne Maisonhaute, violoncelle. Orchestre Il Sono, direction : . 1 CD Harp & Co CD5050-36. Code barre : 889211233649. Enregistré en novembre 2014 dans l’Église Notre-Dame de Bossut, Belgique. DDD. Notices bilingues (anglais, français) bonnes. Durée : 71’37.

 

Les Clefs Resmusica

Avec actuellement à son actif une bonne trentaine de CDs et un DVD Joseph Jongen, l’excellente étiquette belge Harp & Co, centrée sur la harpe comme l’indique son nom, nous propose un programme qui sort assurément des sentiers battus, mais qui surtout est une vraie merveille.

Née à Tel-Aviv où elle reçoit sa première formation musicale, la harpiste  arrive en Belgique où elle se perfectionne auprès de  au Conservatoire Royal de Bruxelles pour obtenir un Diplôme Supérieur avec distinction, et parallèlement elle se spécialise dans la musique française avec Pierre Jamet à Paris.

Constamment entourée de musiciens amis, tels que le remarquable altiste  pour ne citer que lui, Rachel Talitman est sans aucun doute l’âme de Harp & Co qui fait vraiment honneur à la harpe, instrument de raffinement par excellence, et cela nous vaut un répertoire passionnant qui nous a déjà révélé de rares et magnifiques découvertes, certaines d’ailleurs dédiées à Rachel Talitman : on y retrouve parmi bien d’autres les noms de grands baroques et classiques, mais également – sans oublier de mentionner un superbe programme de musique anglaise moderne – Jean Absil, Jean Cras, Jean-Michel Damase, Alphonse Hasselmans, Joseph Jongen, , Alexandre Tansman, Maurice Thiriet,… mettant nettement à l’honneur cette belle École française pour laquelle elle aura toujours une prédilection. C’est dire l’éclectisme et l’étendue du répertoire de cette admirable musicienne qui nous propose ici ce qui sera pour beaucoup une révélation.

Né en 1959 à New York, Anthony Girard a suivi des études au Conservatoire National de Musique de Paris, où il obtient de 1980 à 1986 cinq Premiers Prix (harmonie, contrepoint, analyse, orchestration, et composition) ; à l’Université de la Sorbonne il reçoit un DEA d’Histoire de la musique en 1985. Il est indéniable que cette formation apporte à son art des caractéristiques typiquement françaises, évidentes dans les œuvres ici présentes : le Double Concerto pour violon, harpe et orchestre à cordes « Voyage au Gré des Illusions » (2011) dédié précisément à Rachel Talitman, nous plonge d’emblée dans le monde du rêve grâce à une musique constamment changeante, d’une subtilité et d’un raffinement rares, témoignant d’une personnalité de musicien bien affirmée, qui ne craint pas – à juste titre – de s’exprimer dans un langage tonal et modal, loin de toute sécheresse avant-gardiste. Les trois œuvres suivantes se conjuguent en des formations progressivement réduites, mais pour lesquelles l’écriture est toujours aussi riche de subtiles nuances, nous guidant constamment dans un univers onirique.

Toutes ces pages lumineuses, mais dont les aspects techniques de mise en place et de cohésion doivent être particulièrement redoutables, sont admirablement mises en valeur par les interprètes de ce disque, bien évidemment Rachel Talitman qui en est le guide sûr, mais aussi les divers instrumentistes solo, et le sympathique et talentueux compositeur belgo-canadien Michel Lysight, ici à la direction de l’Orchestre de jeunes « Il Sono » qui nous avait déjà conquis dans le Concerto pour harpe du DVD Joseph Jongen (Harp & Co DVD5050-27).

Une réussite totale et un apport très précieux au répertoire de la harpe.

 


Leopold Wallner: 1847–1913
From From HarpColumn.com - CD Review September-October 2014

"When Rachel plays, I feel taken back in time to that breathless moment when this gentle giant’s range of possibilities was first discovered."

Leopold Wallner: 1847–1913
Rachel Talitman, harp, Pierre Henri Xuereb, viola; Harp & Co., 2014.

With the unrest in Ukraine in the news, there doesn’t seem to be a better time for a closer look at the music of this region of the world. Ukrainian Leopold Wallner grew up surrounded by musicians, as his father was a music publisher in Kiev. He was the godson of Franz Liszt and left his homeland at a fairly young age to study in Brussels. But when his father died unexpectedly, Wallner was forced to give up his studies and work.

He was a man with music in his ears but no real formal training, likely staying one step ahead of his students as he absorbed each week’s lesson.

His music is tinged with the romanticism of both Liszt and Chopin, but we also hear a startling Eastern quality. The haunting and longing sound of his music seems ideal for the richness of the viola, and in his music the viola sings, but with a light-heartedness that is reminiscent of Berlioz’s “Harold in Italy.”

While the viola is in the forefront, holding the emotional weight of the repertoire, Wallner’s writing for harp is advanced for its time. His friendships inspired a deep exploration of individual instruments, and in the case of the harp the friend was Jean Risler, a professor of chromatic harp in Belgium as well as France. He was the harpist who helped move along not only the patent for the chromatic harp, but the stunningDanses by Debussy that bear an inscription to one of Risler’s star pupils.

Ironically, the chromatic harp caught on among students thanks largely to none other than Leopold Wallner, who wrote sets of studies and etudes to aid in learning and accepting this new and likely daunting instrument.

Rachel Talitman’s first solo on the disc has a funny title—Mazurka de Concert—that blends the sophistication of French music-making at the turn of the 20th century with more popular dance styles. Rachel plays with stylish elegance, her expression lending breath to this potentially routine conservatory work.

Followed by a touchingly simple lullaby, Rachel’s partner Pierre-Henri Xuereb plays with a ravishingly hypnotic tone, though I found he sometimes lacked grounding, his bow often interrupting the musical line.

Instantly changing gears, the harp-only Elegie seemed to want to dip its toe ever so gently into Debussy-like waters. While he moves the music along as on an overgrown path at twilight, Wallner makes the modern-day pedal harpist work. The slightly percussive quality of the plethora of pedal changes along with the piece’s telegraphed chromaticism added to the gauzy mystery. When Rachel plays, I feel taken back in time to that breathless moment when this gentle giant’s range of possibilities was first discovered. Rachel plays deliberately, taking nothing for granted, with that quality we all search for—that this is the very first moment the music has been heard.


***** Sonates voor klarinet en harp van Jean-Xavier Lefèvre - See more at: http://www.klassiek-centraal.be/?q=recensie/tijdgenoten-%E2%80%93-3#sthash.tdQnmTQp.dpuf
From From klassiek-centraal.be Janvier 2014
Harp, een verleidingsinstrument Zo oud en toch zo jong…
***** Sonates voor klarinet en harp van Jean-Xavier Lefèvre Ja hoor, met overtuiging geven we deze cd vijf sterren om meerdere redenen. Er is de kwaliteit van de uitvoering op zich en die koppelen we aan het feit dat onbekend bekend wordt en niet langer onbemind maar bemind wordt. De cd biedt de luisteraar aangename en met kennis en gevoel gecomponeerde zeven sonates voor klarinet en harp. Olivier Dartevelle speelt klarinet en Rachel Talitman speelt harp. Dit duo houdt een gezonde dialoog en weet de accenten juist te leggen en fraseert heel mooi. Je krijgt een warme zingende klarinet, ze is nooit scherp, er wordt niet op gedrukt, ze neemt je mee op een droomreis doorheen het ijle en laat je genieten, samen met de tokkelende harp die soms iets heeft van zachte tintelingen die de zang ondersteunen. Veel meer moeten we hier niet over schrijven dan nog alleen dit: wil je een echt mooie cd met muziek die je wil beluisteren of die je als achtergrond wil opzetten en hou je niet van opdringerigheid? Dan is deze opname een die we je zondermeer kunnen aanraden. Een zoveelste aanwinst van het kleine, actieve op harpmuziek gerichte Franstalige label Harp & Co. - See more at: http://www.klassiek-centraal.be/?q=recensie/tijdgenoten-%E2%80%93-3#sthash.6fwXv0zD.dpuf

Harp, een verleidingsinstrument
Zo oud en toch zo jong… Harp, een verleidingsinstrument
Zo oud en toch zo jong…
From From klassiek-centraal.be Décembre 2013
Harp, een verleidingsinstrument Zo oud en toch zo jong…
Harp is een instrument dat het hart, het romantisch hart aanspreekt. Zelfs de niet zo aangename (sic) romeinse keizer Nero was er weg van. Je hebt de harp zoals we ze vandaag kennen, een instrument dat je niet in je broekzak steekt, je hebt de lier en die bestond zelfs in de tijd van het Oude Testament al in verschillende vormen. Er zijn zelfs hangbruggen die door hun bijzondere structuur naar de harp vernoemd zijn. Ondanks de harp in al haar vormen en door de millennia heen niet weg te denken is, is er niet zoveel muziek opgenomen. Twee cd's met harpiste Rachel Talitman in de hoofdrol vullen de leemte gedeeltelijk in. Het zijn niet de enige cd's die Harp & Co uitgaf in eigen beheer, de catalogus kent intussen 30 cd's. Met een klik op de link naar de website vindt u heel wat meer. De gevestigde uitgevers groot en klein moeten duidelijk nog overtuigd worden dat de harp haar plaats verdient. De eerste cd is gewijd aan componist Franz Anton Hoffmeister (1754-1812) en de tweede cd doet ons luisteren naar Franse kamermuziek van Victor François Desvigenes (1805-1853), Théodor Dubois (1837-1924), Latislas de Rohozinski (1886-1938) en Maurice Thiriet (1906-1972). Dit geeft meteen een pallet aan anderhalve eeuw kamermuziek die aandacht schonk aan de harp. Franz Anton Hoffmeister **** Hoffmeister was een Oostenrijks componist die ten tijde van Mozarts laatste zeven levensjaren in Wenen woonde en werkte en er niet alleen componeerde maar ook onder meer Mozart zijn muziek uitgaf, net als die van Haydn, later Beethoven en anderen. Hoffmeister wist duidelijk wie waar voor stond en zelf was hij niet onverdienstelijk, iets dat je bij het beluisteren van de sonates op deze cd meteen hoort. Jammer is dat je geen info vindt over de sonates zelf op deze cd noch op de website van Harp & Co. Het zijn sonates voor harp, klarinet, fluit en cello. Vrolijke werkjes, huiskamermuziek voor de in hun tijd beter begoede mensen uit Wenen en ruime omgeving. Rachel Talitman, Olivier Dartevelle, Marcos Fregnani-Martins en Pierre Henri Xuereb zetten een staaltje van hun kunnen neer. Deze cd is zonder meer een aanwinst en de musici heten je welkom in de weelde van de Weense paleizen en ruime burgerwoningen: veel stucwerk, hoge brede deuren, rijk versierde plafonds, veel bladgoud, hoepelrokken en Louis XVI-zetels. Ja hoor, mooie muziek en even mooi vertolkt. Zon of geen zon buiten? De zon is er met deze, alle dagen, alle uren. Franse Kamermuziek **** Helemaal gek kunnen we van deze cd niet worden. Waarom? Dat is niet de schuld van Rachel Talitman, Marcos Fregnani-Martins en Pierre Henri Xuereb op zich. Mochten ze voor inhoudelijk kwalitatievere muziek gekozen hebben, dan kreeg deze cd zeker een ster meer. Nu ja, het is niet echt waar we van omver vallen, maar de musici nemen de kans te baat om zich net in deze muziek waar te maken en de kwaliteit ervan sterk op te drijven. Mochten ze kunnen samenwerken hebben met de componisten, we hadden ware pareltjes aan kamermuziek gekregen. Met blijvende aandacht luisteren lukt en dit is zonder tegenspraak de grote verdienste van het trio uitvoerders. Zij keren hun instrumenten binnenste buiten als het ware om alles wat ze te bieden hebben te gebruiken zodat de luisteraar, ondanks zwakkere composities, toch geniet. Dat is kunst, met te weinig ingrediënten toch lekker koken. Zeg dus maar dat het een mooie realisatie is geworden die je niet meteen naast je moet neerleggen. - See more at: http://www.klassiek-centraal.be/?q=recensie/harp-een-verleidingsinstrument#sthash.v5Smak2D.dpuf


From From www.concertonet.com 19/09/2012
Joseph Jongen : Concerto pour harpe, Opus 129 – Deux pièces pour quatre altos – Poème élégiaque pour alto et piano – Harpe esquisse, Opus 96
Rachel Talitman (harpe), Pierre-Henri Xuereb, Sabine Toutain, Nicolas Bône, Christophe Gaugué (alto), Jean-Louis Haguenauer (piano), Orchestre «Il Sono», André Poulet (violoncelle et direction)
Enregistré en 2011 – 45' Harp & Co 5050-27 (distribué par Intégral) – Format 16/9 – Code région: 0

Dès les tous premiers accords du Concerto pour harpe de Joseph Jongen on prend conscience d'un événement d'importance. La fluidité de l'ambiance rappelle nettement le Pelléas de Debussy. Les idées mélodiques sont immédiatement captivantes et le compositeur les développe ensuite avec une technicité indiscutable... Dommage qu'une pièce aussi consistante ne figure pas au répertoire régulier des harpistes, ou du moins qu'on ne la leur demande qu'aussi peu souvent. Ici Rachel Talitman en donne une interprétation d'un confort instrumental idéal, accompagnée par un orchestre de jeunes musiciens qui ne se laisse pas déconcentrer par la présence intrusive des caméras, joli moment d'interprétation filmé en toute simplicité.
Autres découvertes: le Poème élégiaque pour alto et piano, développements franckistes de bon aloi mais toujours une belle sensualité (ambivalence chaleureusement restituée par Pierre-Henri Xuereb à l'alto et Jean-Louis Haguenauer sur un rutilant piano Fazioli), Deux pièces pour quatre altos (ou quatre violoncelles) et Harpe Esquisse pour harpe et quatuor à cordes, brève pièce d'une subtilité harmonique très fauréenne. A chaque fois de beaux moments de musique de chambre à la française, qui se passent de commentaires tant leur limpidité et leur aisance s'imposent naturellement. Reste à présenter le compositeur. Un Wallon pas tout à fait inconnu (les discophiles chevronnés l'ont vu passer de temps en temps sur les pochettes) mais quand même un musicien peu joué hors de sa Belgique natale. Jongen a accompli l'essentiel de sa carrière en tant que directeur des conservatoires de Liège et Bruxelles. Lignée franckiste, complicité avec D'Indy, influences de l'impressionnisme français... tout est dit, hormis l'essentiel: l'extraordinaire fraîcheur de cette musique à découvrir. S'il s'était agi d'un enregistrement audio, ce programme aurait pu figurer parmi les parutions importantes d'un mois discographique. Paradoxalement, en DVD, l'objet paraît trop modeste et passe bien davantage inaperçu. On peut regretter la faiblesse du minutage (quarante minutes de musique seulement) mais autant la qualité visuelle que sonore et bien sûr la densité musicale du propos ne décevront personne. Laurent Barthel


Jean ABSIL (1893-1974), Michel LYSIGHT
From From leducation-musicale.com Janvier 2012
Un CD qui fait la part belle à la harpe, mais pas seulement… Où nous sont révélées de récentes partitions de Michel Lysight. D'une rare séduction : Chronographie X (2011) pour flûte, violon, alto, violoncelle & harpe / Trois instantanés (2002) pour flûte & harpe / An awakening (2002) pour violon, violoncelle & harpe / Ripple Marks (1999) pour flûte, alto, violoncelle & harpe / Labyrinthes (1997) pour flûte seule. Et du charmant Jean Absil : Sicilienne pour violon & harpe / Concert à cinq op. 38, pour flûte, violon, alto, violoncelle & harpe. Avec Rachel Talitman (harpe), Marcos Fregnani-Marins (flûte), Erez Ofer (violon), Igal Braslavsky (alto) & Karolina Maziarz (violoncelle).


Sir Arnold Bax - Sir Edward Elgar William Mathias - Jonathan Llyod
From From resmusica.com Février 2012
Quelle joie de retrouver l'excellent label bruxellois Harp & Co dont un CD original de musique française superbement défendue par la harpiste Rachel Talitman nous avait déjà enchanté ! Mais en l'occurrence, nous devons nous réjouir par deux fois : d'abord il s'agit ici du tout premier DVD – trop court ! – produit par la sympathique firme belge, mais surtout, il est tout entier consacré à Joseph Jongen (1873-1953), ce qui constitue une véritable première mondiale en DVD. Essentiellement axé sur la musique de chambre avec harpe dont Rachel Talitman est l'âme et la brillante interprète, Harp & Co déroge ici quelque peu à cette règle, puisque hormis une Harpe, esquisse pour harpe et quatuor à cordes, il nous est proposé cette fois un Concerto pour harpe ainsi que deux pages dont la harpe est absente. ... lire la suite

Le 6 février 2012 par Michel Tibbaut



Sir Arnold Bax - Sir Edward Elgar William Mathias - Jonathan Llyod
From From ConcertoNet.com Août 2011
Après un «Hommage à Debussy», Rachel Talitman et Pierre-Henri Xuereb se retrouvent de nouveau, cette fois avec le flûtiste Marcos Fregnani-Martins, pour un deuxième récital pour flûte, alto et harpe, celui-ci consacré à la musique de chambre britannique. Un siècle sépare les œuvres élues, la première de 1889, la dernière de 1986, mais la plupart du temps proches d'une tradition tonale, si elles prêtent une certaine cohérence au programme, elles ne sont pas un reflet exact de l'aventure plus accidentée de la musique d'outre-Manche entre les deux dates. Ecrites à l'origine en 1889 pour violon et piano et orchestrées dès 1901, les deux miniatures d'Edward Elgar ont connu de nombreux arrangements pour diverses formations. Agréables et à la portée d'amateurs d'un bon niveau, ces pièces mineures furent bien accueillies dès leur publication en 1897 et 1899, cela en partie grâce à leurs thèmes mélodiques épanouis, si naturels et tout à fait typiques du génie particulier du compositeur. Chanson de nuit est peut-être la plus travaillée des deux mais le thème principal de Chanson de matin, plus simple et chantant à souhait, en a assuré le succès durable. La version pour flûte, alto et harpe est pour deux voix principales avec accompagnement. La flûte et l'alto, bien soutenus par la harpe, filent tour à tour le thème, la voix secondaire en harmonie ou en contrepoint dans un tissage simple mais tout à fait plaisant. Les deux partitions semblent ne poser aucun problème aux trois instrumentistes expérimentés qui s'adaptent tout aussi facilement aux traits à répétition de la pièce de Jonathan Lloyd (né en 1948). Ludique et par moments plus aventureux, alliage syncopé d'accents classiques et populaires, l'alto de Xavier Xuereb sonnant à l'occasion comme un fiddle de violoneux, «Like Fallen Angels» (1986) est le troisième des quatre volets de Songs from the Other Shore pour ensemble à géométrie variable. Pendant les heures sombres de la Première Guerre mondiale, l'humeur était à l'élégie mais c'est à la suite du soulèvement de Pâques de 1916 en Irlande, au cours duquel certains de ses amis ont trouvé la mort, qu'Arnold Bax composa son Elegiac Trio. Les trois instruments de la musique traditionnelle irlandaise – la harpe celtique, la flûte traversière en bois et le fiddle – trouvent leur équivalent classique, le dernier représenté par un alto plus élégiaque. Par ses choix harmoniques, Bax y exprime son attachement à l'Irlande et, par la nature même des motifs mélodiques – partagés, ornés et soutenus dans un parfait équilibre entre les trois instruments souvent en contrepoint – il transmet sa nostalgie d'un passé révolu dans un climat de profond regret. Les trois musiciens, expressifs, privilégient la douceur du propos à l'aspect plus acéré, la précision de leurs attaques les préservant du piège d'un impressionnisme nébuleux. Bien qu'elle ne soit pas la plus ambitieuse de son auteur, la composition la plus développée et la plus finement élaborée de ce disque est sans aucun doute le Zodiac Trio (1976) de William Mathias (1934-1992). Les trois portraits de ses amis – les membres du Trio Robles à qui l'oeuvre est dédiée – deviennent les trois mouvements d'une sonate classique (vif-lent-vif) qui portent chacun un titre qui désigne la personne évoquée non pas par son nom mais par le signe du zodiaque qui lui correspond. Bien que «Pisces» (Allegro vivo) soit fantasque et d'une fluidité aux éclats d'argent, il faut sûrement oublier l'élément aquatique pour ressentir la présence de l'ami tant le deuxième mouvement «Aries» (Andante), contemplatif et grave, ne tient en rien du bélier, tant le troisième, «Taurus» (Allegro alla danza), radieusement allègre, crée une impression tout le contraire de la puissance massive de l'animal. Les trois esquisses, colorées et éloquentes telles les Variations «Enigma» d'Elgar, se situent dans un domaine musical toujours à ancrage tonal mais nettement plus avancé comme en témoignent la richesse harmonique, la recherche timbrale et les techniques de jeu raffinées (surtout lors de «Pisces»). Mathias accorde une égale importance à chacun des trois instruments, les lignes thématiques en contrepoint passant souvent de l'un à l'autre à l'exception du beau thème douloureusement mélodique d'«Aries» tout à l'alto. Le compositeur gallois, encore trop peu connu en France, apporte un nouvel éclairage au répertoire pour flûte, alto et harpe et l'interprétation, enthousiaste et d'une musicalité accomplie, lui en rend grâce. L'ensemble du programme, bien mis en valeur ici, ne manque certainement pas de charme et la musique de William Mathias en général mérite l'attention que son Trio si bien défendu peut lui attirer.

Christine Labroche


Musicweb-international

Jean CRAS(1879-1932)
Works for Harp

Quintette for harp, flute, violin, viola and cello [24:04]
Suite En Duo for flute and harp [16:30]
Deux Impromptus for harp [11:30]
0000Rachel Talitman (harp), Erez Ofer (violin), Marcos Fregnani-Martins (flute), Pierre-Henry Xuereb (viola), Hee-Yong Lim (cello)
rec. no details given
000HARP & COMPANY CD-5050-24[52:04]0

Roussel and Rimsky are remembered, amongst other things, for their fledgling naval careers. These in turn inspired exotically flavoured works touched with the Orient -PadmavatiandEvocationsby Roussel andSadko,AntarandSheherazadeby Rimsky. Let's not forget Jean Cras a French composer who rose to senior rank in the French Navy and a number of whose works reflect that horizon-broadening oceanic experience. Cras was born in the Manche Atlantique sea-port of Brest. On his naval voyages he took a piano. He became Major-General of the Port of Brest and rose to the rank of Rear-Admiral. His music has been winningly championed by Timpani and extensively reviewed here.

The five movementQuintet(1928) is in four movements. The writing is irradiated with idyllic diaphanous impressionism. If you enjoy the RavelIntroduction and Allegrothen this is a discovery you need to make. The textures are busy with delight. There are however some shivery thrusts in the abrasiveAnimé(II) as well as chilly damps and trailing lichen in III. The writing shifts between voluptuous bloom and cooler ardour touched with the shadows of late afternoon. Some of this reminded me of the more elysian moments in Bax’sSpring firememorably recorded by Handley on Chandos and more recently on the Hallé label by Mark Elder. Other strange echoes include the dripping fountain music by Delius from Flecker’sHassan. Fauns and Satyrs scatter across the lawns in the smiling chases and flower-chains of the finale which is markedTres Lent.

TheSuite en Duo(1922) for Flute and Harp is also in four movements. This has the chirpy warmth, slow yield and stretch of theQuintette. After a shortPréambulethere's a classically folksy birdsongModéré, a bardic and courtlyAssez Lentand a finalDanse à onze temps. Overall this sequence reminded me somewhat of Britten'sCourtly DancesfromGlorianain the Bream reduction.

TheDeux Impromptusfor solo harp are in two conjoined movements. TheLentis slow pulsed with much unhurried arpeggiation and pensive romantic proclivities on display rather than the medievalism that gives theSuite en Duosuch a distinctive profile. TheAnimésection glitters, glimmers and scintillates with silver and golden points of light. Deep bell tones counterpoint the mithril shimmer and the piece ends on an understated submissive gesture. It is a masterpiece of the solo harp repertoire. Here display is in fealty to the generous soul of expression and communication. The music is most superbly placed and paced by Rachel Talitman. Finding the right gait is essential to making the telling effect and Talitman does this unerringly. In this she is aided in the acoustic by the technical mastery of Denis Guerdon.

One might only complain about shortish playing time but beyond such grocerly concerns the music-making smilingly beckons you in.

Rob Barnett


Read more:http://www.musicweb-international.com/classrev/2011/Dec11/Cras_harp_CD505024.htm#ixzz1gSHVFoYC


From Traversières Magazine
From ConcertoNet.com Février 2011

Année après année, Jean Cras (1879-1932), qu'on connaît désormais mieux au travers des lettres que lui a adressées son maître et ami Henri Duparc, bénéficie d'une discographie toujours plus riche: après la parution de son opéra Polyphème chez Timpani puis de ses mélodies chez le même éditeur ainsi que chez Maguelone, voici une publication consacrée à sa musique (de chambre) avec harpe. Sans aller jusqu'à prétendre qu'il a trouvé sa place au répertoire, le Quintette pour harpe, flûte et trio à cordes (1928), qui met la flûte au moins autant en valeur que la harpe, ne constitue pas une révélation, mais on en tient ici une version éminemment recommandable, limpide et jubilatoire. Il fait partie de ces œuvres suscitées entre 1924 et 1938 par le Quintette instrumental de Paris, formé à l'initiative du harpiste Pierre Jamet (1893-1991): on pense d'ailleurs parfois ici à la Sérénade écrite trois ans plus tôt par Roussel, marin comme le contre-amiral Cras. En quatre mouvements, la plus rare Suite en duo (1927) pour flûte et harpe (ou violon et piano) évoque de manière encore plus nette les voyages de l'officier de marine: l'Espagne, peut-être, dans le «Modéré», l'Afrique, certainement – comme Caplet au même moment dans son Epiphanie –, dans la mesure atypique de la «Danse à onze temps» finale. Si Fauré, Pierné et Roussel ont laissé chacun un Impromptu pour harpe, Cras a pour sa part écrit Deux Impromptus (1925) qui s'enchaînent et dont il existe par ailleurs une version pour piano: même si le compositeur brestois n'a évidemment ni l'ambition ni la modernité de Debussy ou Ravel, c'est un nouveau moment de bonheur que cette partition à découvrir, dont le charme paraît irrésistible. Accompagné d'une courte notice (en anglais et en français), ce disque ne suscite qu'un seul regret, son minutage un peu chiche; s'agissant de la musique avec harpe, il fait certes le tour de la question, mais il aurait évidemment gagné à être complété, par exemple par le Trio à cordes, une autre importante œuvre de la maturité.

Simon Corley


From Crescendo Magazine Mai 2011
From Classica Magazine n°131 Avril 2011

Jean Cras
From "http://www.musicweb-international.com
This release features a selection of his music - most of which, unfortunately, was published undated. The five works are all in two movements, the first an allegro in every case, the second a rondo (variations in the first Trio), but the music is anything but samey. Indeed, the reasons for Cardon's modern obscurity are not clear - this is outstanding music from beginning to end. It is often virtuosic - but not for its own sake, wonderfully mellifluous and endlessly inventive. This is not only true of the harp writing - the violin music in the two sonatas, for example, is quite stunning, far more than mere accompaniment. What a loss to music his early death was.
A very good production generously crammed with excellent music beautifully played
From "www.crescendo.be"
Connaissez-vous Cardon? Probablement non! Il ne vous reste plus qu'à acquérir ce Volume II de la French School of Harp; il est entièrement consacré à des oeuvres du français Jean-Baptiste Cardon, né à Rethel en 1760 et mort à St-Petersbourg en 1803 (le volume I vous permettait de découvrir un autre "illustre" inconnu, maître de la harpe: Marie Martin Marcel, Vicomte de Marin). Rachel Talitman est la fondatrice du label Harp & Company; née en Israël, elle a poursuivi ses études de harpe au Conservatoire de Bruxelles et a enseigné à celui d'Anvers. Avec ses comparses, elle nous permet d'apprécier deux sonates pour harpe et violon, deux trios pour harpe, violon et alto et un concerto pour harpe, deux violons et violoncelle de ce compositeur qui mérité l'intérêt. Nous découvrons la musique galante française à laquelle a parfois aussi succombé Mozart (avec son Concerto pour harpe, flûte et orchestre). Toutes les oeuvres enregistrées ici sont en deux mouvements, évitant ainsi le test du mouvement lent, un test si difficile pour les compositeurs moins affirmés. On pourrait regretter un livret très (trop) sommaire qui ne nous offre que quelques lignes de biographie sur Cardon (et c'est d'autant plus regrettable que la confusion existe en musicologie et même chez notre Fétis national entre ce Cardon-ci et son père, Jean-Guillain). Mais ne gâchons pas notre plaisir; par ses mélodies chantantes parfois harmonisées de façon inattendue et ses traits virtuoses agrémentés de multiples gammes et arpèges, c'est une agréable musique de divertissement que nous réservent ces 80 minutes d'écoute.

From "www.concertonet.com"
Johann Georg Albrechtsberger Rachel Talitman (harpe), Marcos Fregnani-Martins (flûte), Benjamin Braude (violon), Pierre-Henri Xuereb (alto),
Damien Ventula (violoncelle), Ensemble Harpeggio,
Luc Loubry (direction)
Enregistré en 2008 – 56’34
Harp & Co 505016 (distribué par Intégral)
Notice trilingue (anglais, français, allemand)

Partita en ré pour flûte, harpe et violoncelle – Concerto pour harpe en ré – Concertino en mi bémol pour flûte, violon, alto, violoncelle et harpe
Comme son nom l'indique, le petit éditeur belge Harp & Co s'ingénie à publier des œuvres dédiées à la harpe, la plupart étant offertes au public en première mondiale. Il faut dire que le répertoire pour cet instrument, outre la musique traditionnelle, est grosso modo dominé par le fameux Concerto pour flûte et harpe de Mozart, le non moins célèbre Concerto de Boieldieu ainsi que ceux de Dussek ou Wagenseil. Le grand mérite de Harp & Co consiste donc à permettre aux amateurs et aux curieux d'écouter des œuvres de Stephen Paxton (1737-1781), Lovreglio Donato (1844-1907), du Vicomte de Marin (1769-1861), considéré comme le maître de l'école française de la harpe, mais aussi de Händel ou Debussy. Ce disque rassemble trois pages composées par l'Autrichien Johann Georg Albrechtsberger, né en 1736 à Klosterneuburg et mort à Vienne en 1809. S'il est aujourd'hui tombé dans l'oubli, Albrechtsberger fut, en son temps, un compositeur fort estimé, qui fut l'ami de Haydn et de Mozart et qui, en sa qualité de professeur reconnu, eut comme élèves Beethoven, Hummel et Czerny. Auteur d'ouvrages théoriques plusieurs fois édités (parmi lesquels on relèvera une Méthode de la composition en 1790 et une Méthode de piano en 1808), il fut également un compositeur prolixe nous ayant notamment légué des préludes pour orgue, des quatuors à cordes et des trios pour violon, alto et violoncelle. Il composa donc également pour la harpe, instrument qui, nous signale l'indigente notice du présent disque, connut une certaine revalorisation en cette deuxième moitié du XVIIIe siècle grâce au harpiste virtuose tchèque Johann Baptist Krumpholtz (1742-1790), également compositeur de son état. On ne sait absolument rien des circonstances de la composition de la Partita en ré pour flûte, harpe et violoncelle. Il s'agit en vérité d'une musique de salon, très simple dans ses lignes mélodiques où le trio instrumental se voit constamment dominé par la flûte. Le mouvement le plus agréable est peut-être le troisième (sur quatre), un Adagio, où s'instaure un délicat dialogue entre la flûte et la harpe, l'une reprenant de façon assez prosaïque les thèmes de l'autre. Il s'agit, au final, d'une pièce surtout faite pour une oreille distraite, dans le cadre d'un salon où le goût du thé ou des biscuits l'accompagnant s'avère beaucoup plus important que la suavité des notes... Le Concerto pour harpe en ré n'est pas davantage connu. En réalité, il s'agit davantage d'une pièce où la harpe se voit confier la plupart des soli que d'un concerto à proprement parler, l'instrumentarium étant quelque peu étoffé par rapport à la pièce précédente, grâce à la participation de deux cors. Si l'on ne peut que regretter les problèmes de justesse des cordes dans l'Adagio, on saluera en revanche le bel Allegro conclusif à trois temps, joué avec un bel entrain. Tout aussi ignoré, le Concertino en mi bémol pour flûte, violon, alto, violoncelle et harpe comporte quatre mouvements où, là encore, ce n'est pas la harpe mais la flûte qui endosse la figure d'instrument principal. Peu développé (la longueur de l'œuvre, près de vingt minutes, étant en grande partie due aux nombreuses reprises), le discours musical n'est véritablement remarquable que dans le deuxième mouvement (un Menuet) où la harpe offre un très bel écho aux pizzicati des deux instruments à cordes. On l'aura compris: un disque à réserver en priorité aux amateurs du répertoire dédié à la harpe et aux curieux.
Sébastien Gauthier

From "www.musicweb-international.com"
Delightful performances of rarely-heard pieces ?David Blomenberg
Graziani

The first instalment in the works of the French Harp School from label Harp & Company, is, fittingly, of the works of the Vicomte de Marie-Martin Marcel, who founded the School. According to the helpful liner-notes, Marcel's students included other influential harp instructors for London's Royal Academy and the Paris Conservatoire. An early adept at the harp, Marcel found, in his early teens, that he would do just as well to instruct himself. Out of the country during the Revolution, his properties were seized. Considered by the government an absentee, his time trying to get re-entry into France was spent in England, where he achieved some prominence. All ended well — his properties in France were returned to him and he was able to resume his career in his native country.

The opening Nocturne for harp and string quartet is his only piece for such an ensemble. It begins as a sort of dreamy barcarolle, with the strings providing snatches of thematic material as the harp slowly arpeggiates. The strings give way for the proper entrance of the harp. The lines of the opening movement are clean and the piece overall has a wonderful sense of poise and balance. The Minuetto movement that follows reminds one of the Handel Op. 4 No. 6, if not in the overall instrumental forces, then in the general tone of the movement. The final Rondo, however, requires a good deal more from the harpist than the Handel, with constant movement, all while demanding utmost clarity. The piece is light on its feet, and shuns heavy-handedness as well. Rachel Talitman strikes a perfect balance with the ensemble.

The first of the two Trios, based on themes by Mozart, starts with a delightfully graceful adaptation of the Andante movement of K542, followed by the famous alla Turca movement from the Piano Sonata No. 11, K331. The version found here on this disc doesn't achieve quite the vibrancy of the original in its coda, but remains an immensely enjoyable listen.

The second trio borrows exclusively from Mozart's chamber music, with an opening Adagio based on the slow movement of the K 254 piano trio, with the harp taking the keyboard role, followed by a variations movement based on K 481. What strikes the listener in both movements is the poise of the adaptation — the first trio has the greatest immediate appeal, but the second — especially the variation movement — shows wonderful sensitivity to the original and has been a favourite of this reviewer for repeated listening.

Closing out the disc is the Grande Sonate for unaccompanied harp, which, like the Op. 14 Nocturne, opens with a slow introductory adagio, wonderfully played by Talitman, followed by an allegro movement with technical demands aplenty. As with the other pieces on this disc, the writing and the playing never fail to delight. One of the illustrations in the book is of the title page of the duets, which also evidently included a duet for two performers on one harp. Perhaps that will show up on volume two. As for this reviewer, what is on this disc is certainly enough to have me looking forward to future releases. Other intriguing releases of harp repertoire can be found on their website.

David Blomenberg

From "www.resmusica.com"
Graziani Des raretés raffinées… pour oreilles curieuses !

Voici une heureuse parution qui sort largement des sentiers battus car elle présente des œuvres très peu jouées, mais cependant de grande qualité. L'occasion nous est donnée d'affûter nos oreilles trop souvent occupées à (ré)écouter les mêmes chefs-d'œuvre. Quatre œuvres sont rassemblées ici, sous le thème d'hommage à Debussy dont certaines proviennent de compositeurs pour la plupart inconnus du grand public.

En premier, Mélanie Bonis, dite « Mel ». Musicienne exceptionnelle, elle fréquenta la même classe de conservatoire que Debussy. Tous ses professeurs ne tarissaient pas d'éloges à son égard, la qualifiant « d'élève très douée, bonne musicienne ». En 1880, les prix d'harmonie et de composition qu'elle remporta furent la juste récompense de son immense talent : morceaux pour piano, chœurs, musique de chambre, musique religieuse…sa création (plusieurs centaines d'opus), qui rassemble tous les genres, témoigne de l'étendue de son génie créateur, d'autant plus méritoire qu'à cette époque, la femme ne disposait pas de statut autonome…

Les Scènes de la forêt en quatre mouvements (Nocturne - A l'aube - Invocation – Pour Armémis ) qui démarrent ce récital comportent des subtiles recherches harmoniques et descriptives. L'équilibre du trio est délicatement respecté, c'est avec beaucoup de finesse et de netteté que le compositeur évoque dans un premier temps le calme et la profondeur de la nuit, puis le lever du jour, et ensuite une prière pour la nature. Le dernier mouvement Artemis, en référence à la déesse grecque, clôture avec fougue cette composition délicate.

Quant à Henri Lazarof, son trio The Litomar recèle une écriture beaucoup plus complexe. Les interprètes, splendides de musicalité, sont visiblement séduits par cette partition qui combine avec intelligence les timbres de la flûte, de l'alto et de la harpe. Toujours en hommage à Debussy, l'Invenzione a tre de Œden Partos est la dernière œuvre de ce compositeur. De facture classique, cette pièce, qui possède la particularité d'être composée d'un seul mouvement, est clôturée en force et beauté par un sforzando final.

Un hommage à Debussy ne pouvait se conclure qu'avec une composition de l'artiste. C'est donc en toute logique que la célèbre Sonate pour flûte, alto et harpe, dédiée à Emma Debussy, clôture ce programme bien construit, dans lequel l'équilibre entre les instrumentistes met toujours en valeur tant la richesse de leur palette sonore que leur virtuosité exemplaire. Nous ne pouvons que remercier les interprètes de ce disque pour nous avoir fait découvrir ces raretés avec enthousiasme.

par Jean-Charles Goldstuck (16/01/2008)
From "Crescendo"
Graziani JEAN-MICHEL DAMASE (NÉ EN 1928)
BALLADE-DUO CONCERTANT POUR FLÛTE, HARPE ET ORCHESTRE A CORDES-CONCERTO POUR ALTO, HARPE ET ORCHESTRE A CORDES-CONCERTO POUR BASSON, HARPE ET ORCHESTRE À CORDES
Rachel TALITMAN (harpe), Luc LOUBRY (basson), Benoît FROMANGER (flûte), Pierre-Henry XUEREB (alto), Chamber Orchestra "Il Sono", dir.: Luc LOUBRY

2006-DDD Textes de présentation en anglais et en français - Harp & Co CD 5050 06

qualité de la prise de Son : 9 - pertinence des textes du Livret : 6 - intérêt du Répertoire : 7 - qualité de l'Interprétation : 8

"Dans notre dernier numéro, nous vous avions présenté Rachel Talitman, fondatrice et principal maître d'œuvre de ce label consacré à la harpe. Jean-Michel Damase lui a dédié, ainsi qu'à Luc Loubry, le Concerto pour basson, harpe et orchestre, que nous retrouvons sur ce CD en création mondiale. Jean-Michel Damase est bien connu pour son lyrisme que viennent court-circuiter des mesures asymétriques (qu'est-ce qu'il nous a fait suer aux cours de solfège!). Fils de Micheline Kahn qui créa les œuvres pour harpe de Fauré, Ravel et Caplet, Jean-Michel Damase a privilégié cet instrument tout au long de sa création. Aussi, ce CD réunit-il quatre œuvres concertantes autour de la harpe enregistrées au Conservatoire de Bruxelles. Un CD qui procure du plaisir, tout simplement parce que la musique est bien réalisée, elle coule de source, l'orchestre est de bonne compagnie, les solistes s'écoutent et se répondent, ils sont à leur affaire..."
Bernadette Beyne,
(Crescendo, décembre 2007)
From "France - catholoque"
Graziani Musique de chambre
France – catholique du 9 novembre 2007
« Ce disque mérite qu'on s'y attarde et n'est pas à réserver qu'aux amateurs de harpe.»
From "www.resmusica.com"
Fench Music La beauté du post-impressionnisme français
par Michel Tibbaut (12/05/2007)
Cela dit, ce disque est une splendeur et montre à l'évidence toute la richesse de pensée de musiciens-artisans qui ont œuvré dans l'ombre envahissante et écrasante du génie de Debussy et de Ravel. Car enfin, il n'y a pas que les Danses Sacrée et Profane ou l'Introduction et Allegro, tout chefs-d'œuvre confirmés qu'ils soient, et Marcel Lucien Tournier fut, plus que Debussy et Ravel, un des spécialistes les plus autorisés de la harpe et sa technique : second Grand Prix de Rome avec la cantate La Roussalka (1909), il fut nommé professeur de harpe au Conservatoire en 1912, où la plupart des harpistes contemporains ont bénéficié de son magnifique enseignement. Marcel Tournier a considérablement élargi les possibilités de l'instrument et simplifié l'écriture des glissandi. Nos interprètes jouent avec un raffinement des plus subtils sa Féerie et trois – seulement, hélas ! – des douze Images pour harpe et quatuor à cordes fusionnant l'impressionnisme français à l'exotisme algérien. Les interprétations de Rachel Talitman et du quatuor à cordes qui la soutient sont admirables. Élève de la grande Susanna Mildonian et créatrice de l'Ensemble Harpeggio qui nous a déjà offert un merveilleux disque Joseph Jongen (Talent DOM291074), Rachel Talitman perpétue la tradition de la harpe belge initiée par la légendaire Mireille Flour. Si les amateurs de harpe se souviennent très certainement du prestigieux Nicanor Zabaleta, d'ailleurs élève de Tournier, le harpiste basque paraît bien sec, loin de manifester une gamme de nuances caressantes et veloutées associées à une précision cristalline, comparables à celles de Rachel Talitman qui nous enchante véritablement. Voilà donc une parfaite réussite d'un petit label, à la fois par son programme intelligent et entreprenant, et son interprétation nuancée et sans faille.
From "Le monde de la musique" number 315, december 2006
Damase le monde de la musique
Jean Roy
(LE MONDE DE LA MUSIQUE, december 2006)

From "Classica" number 86, november 2006
Damase Après un prix de Rome obtenu à 19 ans, le milieu musical français vit en Jean-Michel Damase l'héritier de toute une tradition française de charme et de raffinement. Poulenc se méfiait de lui et faisait semblant de préférer Boulez avec lequel aucune concurrence ni comparaison n'était possible. Par la suite, en dépit de quelques succès lyriques (Colombe, l'héritière, Madame de ….) et chorégraphiques, la carrière de Jean-Michel Damase s'est faite plus discrète, quoiqu'il n'ait jamais cessé de composer. Il faut dire que l'écart n'a cessé de s'élargir entre son style et tout le reste de la musique contemporaine. Il est probablement le seul compositeur actuel dont la musique se rattache encore aux modes d'expression du début du XX ème siècle et même un peu avant. C'est français, délicat, raffiné à l'extrême, très joliment écrit, avec une connaissance parfaite des instruments. De la musique pour salon de la plaine Monceau à l'époque de Proust.
Jean-Michel Damase est le fils de la harpiste Micheline Kahn qui avait notamment créé l'introduction et allegro de Ravel. De là un penchant pour la harpe, très bien utilisée dans ces quatre œuvres récentes, esthétiquement assez proches les unes des autres, même si le compositeur a soin de varier les climats sonores par de subtils alliages : flûte, harpe, alto harpe (cela rappelle Debussy !), basson et harpe. Tout est nuancé, toujours « non troppo », globalement « moderato ». Bref, c'est charmant, un peu mineur. Mais après un siècle où les compositeurs ont eu souvent à cœur de décaper les oreilles au vitriol et de compiler les choses, il n'est pas inimaginable que Jean-Michel Damase, que l'on croyait définitivement dépassé, fasse un come-back, qui a peut-être déjà commencé. A preuve le très haut niveau des solistes qui défendent ces œuvres.
Jacques Bonnaure
(CLASSICA, novembre 2006)

From "www.harpissimo.com"
Damase La première sonate pour flûte et harpe que Jean Michel Damase avait dédiée en son temps à Lily Laskine et Jean-Pierre Rampal, est dans toutes les oreilles, dans toutes les mémoires musicales, et dans les doigts de tous les harpistes et flûtistes de la planète tant elle a fait date dans la musique de chambre du XX° siècle : une sonate tonale, enlevée, brillante, aux thèmes identifiables et mémorisables, voila de quoi marquer de son empreinte l'univers musical d'un siècle voué aux musiques sérielles et atonales !
Pour interpréter ses oeuvres plus récentes, mais non moins passionnantes, c'est à Rachel Talitman que Damase a fait appel, lui confiant ainsi symboliquement la lourde succession de la grande Lily ! Ses partenaires - tous excellents - sont Luc Loubry au basson, benoit Fromanger à la flûte et Pierre-Henry Xuereb à l'alto.
Un disque attachant, des pièces fort récentes qui sont de vraies découvertes, et une Rachel Talitman dont la musicalité permet de découvrir au détour des pages de Damase toutes les couleurs les plus subtiles de la harpe.